Aṅguttara Nikāya

51. Deux personnes (1)

Une fois le Bienheureux séjournait au monastère d› Anathapindika situé dans le bois de Jeta, près de la ville de Savatthi. Un jour deux brahmanes—de faibles veillards, âgés, d'un âge avancé, ayant atteint le dernier stade de la vie, âgés de 120 ans—allèrent trouver le Bienheureux. S'étant approchés, ils échangèrent des salutations courtoises et, ayant échangé des compliments de politesse et des paroles de courtoisie, ils s'assirent à l'écart sur un côté. S'étant assis à l'écart sur un côté, ils lui dirent: «Maître Gotama, nous sommes des brahmanes—de faibles veillards, âgés, d'un âge avancé, ayant atteint le dernier stade de la vie, âgés de 120 ans. Et nous n'avons accompli aucune action admirable, aucune action porteuse de grands fruits, aucune action qui appaise nos peurs. Enseigne-nous, Maître Gotama. Instruit-nous, Maître Gotama, pour notre bonheur et notre salut à long terme.»

«En effet, brahmanes, vous êtes de faibles veillards, âgés, d'un âge avancé, ayant atteint le dernier stade de la vie, âgés de 120 ans. Et vous n'avez accompli aucune action admirable, aucune action porteuse de grands fruits, aucune action qui appaise vos peurs. Ce monde est balayé par la vieillesse, la maladie, & la mort, toute maîtrise du corps, du discours, & de la pensée pratiquée ici sera un abri, une grotte, une île, & un refuge après la mort dans le monde de l'au-delà.»

Elle est emportée:
la vie, cette durée de presque rien.
Pour quelqu'un emporté par l'âge
aucun abri n'existe.
Gardant à l'esprit le danger de la mort,
faites des actions méritoires
qui apportent la félicité.

Quiconque ici est maître
de son corps, de son discours & de sa conscience,
qui réalise des mérites lorsqu'il est en vie:
celui-là sera dans la félicité après la mort.