Aṅguttara Nikāya

78. Préceptes et Pratique

Une fois le Vénérable Ananda alla voir le Bienheureux et, s'étant approché et l'ayant salué, s'assit à l'écart sur un côté. S'étant assis à l'écart sur un côté, le Bienheureux lui dit: «Ananda, chaque précepte et chaque pratique, chaque vie, chaque vie sainte qui est suivie comme étant de grande valeur: sont-ils tous porteurs de grands fruits?»

«Vénéré, on ne peut pas donner une réponse catégorique.»

«Dans ce cas, Ananda, donne une réponse analytique.»

«Lorsque—en suivant une vie de préceptes et de pratique, une vie, une vie sainte qui est suivie comme étant de grande valeur—les qualités mentales improductives d'une personne s'accroissent tandis que ses qualités mentales porteuses de grands fruits déclinent: cette sorte de précepte et de pratique, de vie, de vie sainte qui est suivie comme étant de grande valeur n'est pas porteuse de grands fruits. Mais lorsque—en suivant une vie de préceptes et de pratique, une vie, une vie sainte qui est suivie comme étant de grande valeur—les qualités mentales improductives d'une personne déclinent tandis que ses qualités mentales porteuses de grands fruits s'accroissent: cette sorte de précepte et de pratique, de vie, de vie sainte qui est suivie comme étant de grande valeur est porteuse de grands fruits.»

Voici ce que le Vénérable Ananda répondit, et le Maître approuva. Alors le Vénérable Ananda, [réalisant,] «le Maître m'a approuvé,» se leva de son siège et, ayant salué le Bienheureux et fait la circambulation, il s'en alla.

Alors peu de temps après le départ du Vénérable Ananda, le Bienheureux dit aux Bhikkhus, «Ô Bhikkhus, Ananda n'a pas encore achevé son apprentissage, mais il ne serait pas facile de trouver quelqu'un ayant autant de clarté d'esprit que lui.»