Ekottarāgama

Fascicule septième

Les cinq observances des règles de conduite

3.

«Ainsi ai-je entendu. Une fois quand le Bouddha résidait à Śrāvastī, dans le bois de Jeta, au parc d'Anāthapiṇḍada, il disait aux bhikṣu: Dans l'assemblée ici-présente, je ne vois [personne qui ait] une ou plusieurs pratiques qui puissent conduire à l'enfer, à l'animalité, à la voie des fantômes affamés, à la pauvreté extrême. Celui qui a l'habitude de voler tombera dans la voie des fantômes affamés, dans l'animalité ou dans la pauvreté. Pourquoi? Parce qu'il s'est emparé des moyens de vivre d'autrui. C'est pourquoi, ô bhikṣu! il faut éviter de prendre quelque chose sans l'accord du propriétaire. On doit apprendre sérieusement cela.—Ayant entendu ces paroles du Bouddha, les bhikṣu étaient heureux et les mettaient respectueusement en pratique.