Ekottarāgama

Fascicule septième

Les cinq observances des règles de conduite

4.

«Ainsi ai-je entendu. Une fois quand le Bouddha résidait à Śrāvastī, dans le bois de Jeta, au parc d'Anāthapiṇḍada, il disait aux bhikṣu: Dans l'assemblée ici-présente, je ne vois [personne qui ait] pratiqué la générosité par la donation sans être récompensée équitablement soit en ce monde, soit dans l'un des cieux, soit par la possibilité de réaliser [finalement] le Nirvāṇa. Celui qui pratique la grande générosité bénéficiera de la richesse, du pouvoir, du confort, de la sécurité; il sera heureux dans ce monde ou dans le ciel. C'est pourquoi, ô bhikṣu! il faut qu'on pratique la générosité et que l'on chasse l'avarice de son esprit. On doit sérieusement apprendre cela.—Ayant entendu les paroles du Bouddha, les bhikṣu étaient heureux et les mettaient respectueusement en pratique.