Ekottarāgama

Fascicule septième

L'extinction du feu

10.

«Ainsi ai-je entendu. Une fois quand le Bouddha résidait à Śrāvastī, dans le bois de Jeta, au parc d'Anāthapiṇḍada, il y avait le vénérable Rāhula qui observait strictement les śīla sans laisser aucune faille, aussi petite soit-elle; cependant il n'arrivait pas encore à maîtriser toutes ses passions, son esprit n'était pas encore libéré. Plusieurs bhikṣu, voulant des explications, vinrent au devant du Bienheureux, se prosternèrent à ses pieds, puis s'assirent à ses côtés. Ensuite ils demandèrent au Bienheureux: Le bhikṣu Rāhula observe strictement les śīla sans laisser aucune faille, aussi petite soit-elle; pourquoi n'arrive-t-il pas à maîtriser ses passions et à libérer son esprit?—Le Bienheureux répondit par ce quatrain:

Celui qui observe correctement les śīla
Aura ses organes sensoriels purifiés.
À fur et à mesure, il arrivera sans doute
À éliminer toutes ses entraves passionnelles.

C'est pourquoi, ô bhikṣu! il faut toujours observer les śīla et perpétuer dans la pratique du vrai dharma pour éliminer les impuretés mentales. Vous devez apprendre sérieusement cela.—Ayant entendu l'enseignement du Bouddha, les bhikṣu étaient heureux et le mettaient respectueusement en pratique».