Ekottarāgama

Fascicule septième

L'extinction du feu

2.

«Ainsi ai-je entendu. Une fois quand le Bouddha résidait à Śrāvastī, dans le bois de Jeta, au parc d«Anāthapiṇḍada, il disait au bhikṣu: Il y a deux conditions de Nirvāṇa. Quelles sont ces deux? La condition de Nirvāṇa avec la base toujours restante et celle sans base. De quelle sorte est la condition de Nirvāṇa qui a la base toujours restante? Ici le bhikṣu a détruit les cinq entraves qui appartiennent à ce bas monde, s'approcha du Nirvāṇa final (parinirvāṇa) et ne retournera plus en ce monde [après sa mort]. C'est ce qui s'appelle la condition de Nirvāṇa avec la base toujours restante. Et de quelle sorte est la condition de Nirvāṇa sans base? C'est comme ceci: Un bhikṣu a vaincu les mauvaises influences (impuretés, āsrava) une fois pour toutes; [il a réalisé] la délivrance mentale (cetovimukti) et la délivrance par la sagesse (prajñāvimukti). Il a lui-même personnellement atteint la maîtrise parfaite: détruite est la naissance et la mort, mise à sa fin est la conduite de brahma; il n'y aura plus d'être—ceci il sait vraiment. C'est ce qui s'appelle la condition de Nirvāṇa sans base. Donc, ô bhikṣu, vous devez employer les moyens salvifiques pour arriver à la condition de Nirvāṇa sans base. C'est ainsi, ô bhikṣu, qu'il faut vous appliquer.—Ayant entendu ces paroles du Bouddha, les bhikṣu étaient heureux et les mettaient respectueusement en pratique.