Khuddaka Nikāya

Itivuttaka

22.

Ceci fut dit par le Béni du Ciel, dit par l'Arahant, ainsi ai-je entendu: «Moines, n'ayez pas peur des actes de mérite. Ceci est une autre facon de dire ce qui est bienheureux, désirable, plaisant, attachant, charmant— c-à-d., actes de mérite. J'ai connaissance que, ayant longtemps accompli des actes méritoires, j'ai longtemps vécu des résultats désirables, plaisants, attachants, charmants. Ayant développé un esprit de bonne volonté pendant sept ans, alors pendant sept éons de contraction et d'expansion je ne suis pas revenu en ce monde. Chaque fois que l'éon était en contraction, j'allais au domaine de la Radiance Ruisselante. Chaque fois que l'éon était en expansion, je réapparaissais dans une demeure de Brahma vide. Là j'étais le Grand Brahman, le Conquérant non-conquis, Qui voit tout, et Détenteur du Pouvoir. Alors , trente-six fois je fus Sakka, dirigeant des dieux. Plusieurs centaines de fois je fus un roi, un empereur qui fait tourner la roue, un juste roi du Dhamma, conquérant des quatre coins de la terre, maintenant un contrôle stable sur le pays, doté des sept trésors—sans parler des fois où j'étais un roitelet. La pensée m'est venue: ‹De quelle mienne action ceci est-il le fruit, de quelle action est-elle le résultat, que j'aie maintenant un pouvoir et une puissante aussi grands?› Alors la pensée m'est venue: ‹Ceci est le fruit de mes trois [types de] action, le résultat de trois types d'action, que j'aie maintenant un pouvoir et une puissante aussi grands: c-à-d., le don, le contrôle de soi, et la modération.›»

Entraînez-vous aux actes de mérite
qui apportent un bonheur de longue durée—
développez le don,
une vie en accord,
un esprit de bonne volonté.
En développant ces
trois choses
qui apportent la félicité,
les sages réapparaissent
dans un monde de félicité
inaltéré.