Khuddaka Nikāya

Itivuttaka

42.

Ceci fut dit par le Béni du Ciel, dit par l'Arahant, ainsi ai-je entendu: «Il y a ces deux brillantes qualités qui sauvegardent le monde. Quels deux? Conscience et préoccupation [pour les résultats des actions mauvaises]. Si ces deux brillantes qualités ne sauvegardaient pas le monde, on ne discernerait pas de «mère,» «tante,» «épouse de l'oncle,» «épouse du maître,» ou «épouse de ceux qui méritent le respect.» Le monde tomberait dans la promiscuité, comme les chèvres, les moutons, les poulets, les chiens, et les chacals. Mais comme ces deux brillantes qualités sauvegardent effectivement le monde, on discerne «mère,» «tante,» «épouse de l'oncle,» «épouse du maître,» et «épouse de ceux qui méritent le respect.»

Ceux chez qui
on ne trouve ni
préoccupation ni conscience
se sont égarés
loin des brillantes racines,
vont vers
la naissance et la mort.
Mais ceux chez qui
préoccupation et conscience
sont toujours correctement établis,
qui sont mûrs dans la vie sainte:
ils sont calmes,
leu devenir futur
est terminé.