Khuddaka Nikāya

Itivuttaka

79.

Ceci fut dit par le Béni du Ciel, dit par l'Arahant, ainsi ai-je entendu: «Ces trois choses mènent à sa perte un moine à l'entraînement. Quelles trois? On a le cas où un moine à l'entraînement apprécie l'activité, se complait dans activité, a l'intention de profiter de l'activité. Il apprécie le bavardage, se complait dans le bavardage, a l'intention de profiter du bavardage. Il apprécie le sommeil, se complait dans le sommeil, a l'intention de profiter du sommeil. Ce sont là les trois choses que mènent à sa perte un moine à l'entraînement.

«Ces trois choses mènent à ne pas se perdre un moine à l'entraînement. Quelles trois? On a le cas où un moine à l'entraînement n'apprécie pas l'activité, ne se complait pas dans l'activité, n'a pas l'intention de profiter d'activité. Il n'apprécie pas le bavardage, ne se complait pas dans le bavardage, n'a pas l'intention de profiter du bavardage. Il n'apprécie pas le sommeil, ne se complait pas dans le sommeil, n'a pas l'intention de profiter du sommeil. Ce sont là les trois choses que mènent à ne pas se perdre un moine à l'entraînement.»

Appréciant l'activité,
se complaisant dans le bavardage,
goûtant le sommeil,
et agité:
il est incapable
—un moine comme lui—
de toucher le superlatif
auto-éveil.
Donc il lui faut être un homme de peu de devoirs,
de peu de paresse,
pas agité.
Il est capable
—un moine comme lui—
de toucher le superlatif
auto-éveil.