Saṃyutta Nikāya

11.3. Le sommet de l'étendard

J'ai entendu qu'en une occasion le Béni du Ciel demeurait près de Savatthi au Bosaquet de Jeta, le monastère d'Anathapindika. Là il s'adressa à les moines: «Moines!»

«Oui, seigneur!» répondirent les moines.

Le Béni du Ciel dit: «Un jour, moines, les devas et les asuras déployés en ordre de battaille. Alors Sakka, seigneur des devas, s'adressa à les devas des Trente-trois: ‹Messieurs, si au moment où les devas seront engagés dans la battaille, vous deviez ressentir de la peur, de la terreur, ou de l'horripilation, alors en cette occasion vous devrez lever le regard vers le sommet de mon étendard. Car lorsque vous lèverez le regard vers le sommet de mon étendard, toute peur, terreur, ou horripilation que vous pourrez ressentir vous quittera.

«‹Si vous ne levez pas le regard vers le sommet de mon étendard, alors vous devrez lever le regard vers le sommet de l'étendard de Pajapati le roi deva. Car lorsque vous lèverez le regard vers le sommet de l'étendard de Pajapati le roi deva, toute peur, terreur, ou horripilation que vous pourrez ressentir vous quittera.

«‹Si vous ne levez pas le regard vers le sommet de l'étendard de Pajapati le roi deva, alors vous devrez lever le regard vers le sommet de l'étendard de Varuna le roi deva. Car lorsque vous lèverez le regard vers le sommet de l'étendard de Varuna le roi deva, toute peur, terreur, ou horripilation que vous pourrez ressentir vous quittera.

«‹Si vous ne levez pas le regard vers le sommet de l'étendard de Varuna le roi deva, alors vous devrez lever le regard vers le sommet de l'étendard d'Isana le roi deva. Car lorsque vous lèverez le regard vers le sommet de l'étendard de Isana le roi deva, toute peur, terreur, ou horripilation que vous pourrez ressentir vous quittera.

«Moines, en ceux qui lèvent le regard vers le sommet de l'étendard de Sakka, seigneur des devas; en ceux qui lèvent le regard vers le sommet de l'étendard de Pajapati le roi deva; en ceux qui lèvent le regard vers le sommet de l'étendard de Varuna, le roi deva; ou en ceux qui lèvent le regard vers le sommet de l'étendard d'Isana, le roi deva, toute peur, terreur, ou horripilation qu'ils puissent ressentir peuvent les quitter, ou pas. Pourquoi cela? Parce que Sakka, seigneur des devas, n'est pas exempt de passion, exempt de aversion, ou exempt de illusion. Il peut être apeuré, terrorisé, couard, prompt à fuir.

«Mais, moines, je vous dis ceci: Si, lorsque vous êtes partis au désert, au pied d'un arbre, ou dans une demeure inhabitée, vous deviez ressentir de la peur, de la terreur, ou de l'horripilation, alors en cette occasion vous devrez vous rappeler de moi ainsi: ‹Effectivement, le Béni du Ciel est digne et bien éveillé par lui-même, accompli en connaissance et conduite, bien allé, connaisseur du cosmos, incomparable entraîneur de ceux qui peuvent être éduqués, enseignant des devas et des êtres humains, éveillé, béni.› Car lorsque vous vous rappellerez de moi, moines, toute peur, terreur, ou horripilation que vous pourrez ressentir vous quittera.

«Si vous ne vous rappelez pas de moi, alors vous devrez vous rappeler le Dhamma ainsi: ‹Le Dhamma est bien exposé par le Béni du Ciel, pour être vu ici et maintenant, hors du temps, il nous invite à venir et voir, pertinent, pour être vu par les sages par eux-mêmes.› Car lorsque vous vous rappellerez le Dhamma, moines, toute peur, terreur, ou horripilation que vous pourrez ressentir vous quittera.

«Si vous ne pouvez pas vous rappeler le Dhamma, alors vous devrez vous rappeler le Sangha ainsi: ‹Le Sangha des disciples du Béni du Ciel qui ont bien pratiqué, ont pratiqué simplement, ont pratiqué méthodiquement, ont pratiqué avec maîtrise, c-à-d., les quatre paires, les huit types [de Nobles Personnes]: c'est là le Sangha de les disciples du Béni du Ciel—digne de cadeaux, digne de hospitalité, digne de offrandes, digne de respect, l'incomparable champ de mérites pour le monde.› Car lorsque vous vous rappellerez le Sangha, moines, toute peur, terreur, ou horripilation que vous pourrez ressentir vous quittera.

«Pourquoi cela? Parce que le Tathagata, digne et bien éveillé par lui-même, est exempt de passion, exempt de aversion, exempt de illusion. Il est sans peur, ne peut être terrorisé, audacieux, pas prompt à fuir.»

C'est ce que dit le Béni du Ciel. Ayant dit ceci, le Bien allé, le Maître, dit encore ceci:

Au désert, moines,
au pied d'un arbre,
ou dans une demeure inhabitée,
rappelez-vous le Bouddha:
Vous n'aurez pas peur.

Si vous ne vous rappelez pas le Bouddha—
meilleur dans le monde,
le taureau des hommes—
alors rappelez-vous le Dhamma,
qui conduit au dehors,
bien exposé.

Si vous ne vous rappelez pas le Dhamma—
qui conduit au dehors,
bien exposé—
alors rappelez-vous le Sangha,
le champ de mérites
incomparable.

Pour ceux qui se sont ainsi rappelés
le Bouddha,
le Dhamma,
et le Sangha, moines,
il n'y aura plus
ni terreur,
ni horripilation,
ni peur.