Saṃyutta Nikāya

12.65. Les prérequis

Demeurant à Savatthi… «Moines, avant mon Eveil, quand je n'étais qu'un Bodhisatta non-éveillé, j'ai réalisé ceci: ‹Que ce monde est donc tombé sur la difficulté! Il est né, il vieillit, il meurt, il meurt et renaît, mais il ne discerne pas la porte de sortie de ce stress, de ce vieillissement et la mort. Oh! quand va-t-il discerner la porte de sortie du stress, du vieillissement et de la mort?›

«Et puis la pensée m'est venue, ‹La vieillesse et la mort existent quand quoi existe? A partir de quoi en tant que condition requise y a-t-il la vieillesse et la mort?› De par mon attention appropriée est venue la percée du discernement: ‹La vieillesse et la mort existent quand la naissance existe. C'est à partir de la naissance en tant que condition requise que que vient la vieillesse et la mort.› Et puis la pensée m'est venue, ‹La naissance existe quand quoi existe? A partir de quoi en tant que condition requise vient la naissance?› De par mon attention appropriée est venue la percée du discernement: ‹La naissance existe quand le devenir existe. C'est à partir du devenir en tant que condition requise que vient la naissance… ‹Le nom-et-forme existe quand quoi existe? A partir de quoi en tant que condition requise y a-t-il nom-et-forme?› De par mon attention appropriée est venue la percée du discernement: ‹Le nom-et-forme existe quand la conscience existe. C'est à partir de la conscience en tant que condition requise que vient le nom-et-forme.› Et puis la pensée m'est venue, ‹La conscience existe quand quoi existe? A partir de quoi en tant que condition requise vient la conscience?› De par mon attention appropriée est venue la percée du discernement: ‹La conscience existe quand le nom-et-forme existe. C'est à partir du nom-et-forme en tant que condition requise que vient la conscience.›

«Et puis la pensée m'est venue, ‹Cette conscience retourne au nom-et-forme, et ne va pas plus loin. C'est dans cette mesure qu'il y a la naissance, la vieillesse, la mort, la décomposition, et le recommencement, c'est-à-dire que du nom-et-forme en tant que condition requise vient la conscience, de la conscience en tant que condition requise vient le nom-et-forme. C'est à partir du nom-et-forme en tant que condition requise que viennent les six organes des sens… Ainsi est l'origine de toute cette masse de stress. Origine, origine.› La vision surgit, la claire connaissance surgit, le discernement surgit, la connaissance surgit, l'illumination surgit en moi par rapport à des choses jamais entendues auparavant.

«Et puis la pensée m'est venue, ‹La vieillesse et la mort n'existent pas quand quoi n'existe pas? A partir de la cessation de quoi vient la cessation de la vieillesse et de la mort?› De par mon attention appropriée est venue la percée du discernement: ‹La vieillesse et la mort n'existent pas quand la naissance n'existe pas. C'est à partir de la cessation de la naissance que vient la cessation de la vieillesse et de la mort.›… ‹Le nom-et-forme n'existe pas quand quoi n'existe pas? A partir de la cessation de quoi vient la cessation du nom-et-forme?› De par mon attention appropriée est venue la percée du discernement: ‹Le nom-et-forme n'existe pas quand la conscience n'existe pas. C'est à partir de la cessation de la conscience que vient la cessation du nom-et-forme.› Et puis la pensée m'est venue, ‹La conscience n'existe pas quand quoi n'existe pas? A partir de la cessation de quoi vient la cessation de la conscience?› De par mon attention appropriée est venue la percée du discernement: ‹La conscience n'existe pas quand le nom-et-forme n'existe pas. C'est à partir de la cessation du nom-et-forme que vient la cessation de la conscience.›

«La pensée m'est venue, ‹J'ai atteint ce chemin pour l'Eveil, c'est-à-dire que c'est de la cessation du nom-et-forme que vient la cessation de la conscience, et de la cessation de la conscience que vient la cessation du nom-et-forme. C'est à partir de la cessation du nom-et-forme que vient la cessation des six organes des sens. C'est à partir de la cessation des six organes des sens que vient la cessation du le contact. C'est à partir de la cessation du le contact que vient la cessation de la sensation. C'est à partir de la cessation de la sensation que vient la cessation de l'envie insatiable. C'est à partir de la cessation de l'envie insatiable que vient la cessation de l'attachement/continuité. C'est à partir de la cessation de l'attachement/continuité que vient la cessation du devenir. C'est à partir de la cessation du devenir que vient la cessation de la naissance. A partir de la cessation de la naissance, alors la vieillesse et la mort, le chagrin, les gémissements, la douleur, l'angoisse, et le désespoir cessent tous. Telle est la cessation de toute cette masse de stress. Cessation, cessation.› La vision surgit, la claire connaissance surgit, le discernement surgit, la connaissance surgit, illumination surgit en moi par rapport à des choses jamais entendues avant.

«C'est exactement comme si un homme, voyageant au long d'une piste dans un lieu sauvage, devait voir une ancienne voie, une ancienne route, sur laquelle auraient voyagé des gens des temps passés. Qu'il la suivait. La suivant, il verrait une ville ancienne, une ancienne capitale habitée par des gens des temps passés, complète avec ses parcs, ses bosquets, et ses étangs, fortifiée, ravissante. Il irait s'adresser au roi or au ministre du roi, en disant, ‹Sire, il faut que vous sachiez qu'alors que je voyageais au long d'une piste dans un lieu sauvage j'ai vu une ancienne voie… Je l'ai suivie… j'ai vu une ville ancienne, une ancienne capitale… complète avec ses parcs, ses bosquets, et ses étangs, fortifiée, ravissante. Sire, reconstruisez cette ville!› Le roi or le ministre du roi reconstruirait la ville, de sorte qu'à une date ultérieure la ville deviendrait puissante, riche, et bien peuplée, de pleine taille et prospère.

«De la même manière, j'ai vu une ancienne voie, une ancienne route, sur laquelle auraient voyagé les Correctement Eveillés par eux-mêmes des temps passés. Et quelle est cette ancienne voie, cette ancienne route, sur laquelle auraient voyagé les Correctement Eveillés par eux-mêmes des temps passés? Rien d'autre que ce noble octuple sentier: vue correcte, aspiration correcte, parole correcte, action correcte, moyens de vie corrects, effort correct, attention correcte, concentration correcte. C'est l'ancien sentier, l'ancienne route, sur laquelle avaient voyagé les Correctement Eveillés par eux-mêmes des temps passés. J'ai suivi ce sentier. Le suivant, je suis arrivé à la connaissance directe de la vieillesse et de la mort, la connaissance directe de l'origine de la vieillesse et de la mort, la connaissance directe de la cessation de la vieillesse et de la mort, la connaissance directe du sentier qui conduit à la cessation de la vieillesse et de la mort. J'ai suivi ce sentier. Le suivant, je suis arrivé à la connaissance directe de la naissance… le devenir… l'attachement… l'envie insatiable… la sensation… le contact… les six organes des sens… le nom-et-forme… la conscience, la connaissance directe de l'origine de la conscience, la connaissance directe de la cessation de la conscience, la connaissance directe du sentier qui conduit à la cessation de la conscience. J'ai suivi ce sentier.

«Le suivant, je suis arrivé à la connaissance directe de fabrications, la connaissance directe de l'origine des fabrications, la connaissance directe de la cessation des fabrications, la connaissance directe du sentier qui conduit à la cessation des fabrications. Sachant cela directement, je l'ai révélé aux moines, aux nonnes, aux fidèles laïcs des deux sexes, de sorte que cette vie sainte est devenue puissante, riche, détaillée, bien peuplée, répandue, proclamée parmi les êtres célestes et humains.»