Khuddaka Nikāya

Sutta Nipāta

1.6. La chute

Ainsi l'ai-je entendu. Un jour, l'Exalté demeurait au monastère d'Anathapindika, dans le bosquet de Jeta, près de Savatthi.

Donc, alors que la nuit était très avancée, une certaine divinité dont la splendeur sans égale illuminait tout le bosquet de Jeta, vint à se trouver en présence de l'Exalté, et s'approchant, le salua respectueusement et se tint d'un côté. Se tenant ainsi, elle s'adressa en vers à l'Exalté:

La divinité:

Etant venu ici avec nos questions pour l'Exalté, nous te demandons, ô Gotama, ce qui en est du déclin de l'homme. Nous t'en prions, explique-nous la cause de sa chute!

Le Bouddha:

Il est facile de connaître celui qui progresse, il est facile de connaître celui qui décline. Qui aime le Dhamma progresse; qui y est contraire décline.

La divinité:

Ainsi, nous le voyons bien: c'est là la première cause de chute. Nous t'en prions, explique-nous la seconde cause.

Le Bouddha:

Les méchants lui sont chers, dans la compagnie des vertueux il ne trouve aucun plaisir, il préfère la foi des méchants—c'est là une cause de chute.

Aimer dormir, aimer la compagnie, être indolent, paresseux et irritable—c'est là une cause de chute.

Quoiqu'étant aisé, ne pas soutenir père et mère qui sont vieux et ne sont plus jeunes—c'est là une cause de chute.

Tromper par fausseté un brahmane ou un ascète ou tout autre mendiant—c'est là une cause de chute.

Avoir de grandes richesse, et amplement d'or et de nourriture, mais jouir tout seul de son luxe—c'est là une cause de chute.

Etre fier de sa naissance, de sa richesse ou de son clan, et mépriser sa propre parenté—c'est là une cause de chute.

Etre débauché, ivrogne, joueur et gaspiller tout son revenu—c'est là une cause de chute.

Ne pas se contenter de sa propre épouse, et se faire voir en compagnie de prostituées et des femmes des autres—c'est là une cause de chute.

Ne plus être tout jeune, prendre une jeune épouse et être incapable de dormir par jalousie pour elle—c'est là une cause de chute.

Donner un poste d'autorité à une femme adonnée à la boisson et au gaspillage, ou à un homme au même comportement—c'est là une cause de chute.

Etre de noble naissance, de vastes ambitions et de peu de moyens, et se languir du gouvernement—c'est là une cause de chute.

Connaissant bien ces cause de chute dans le monde, le noble sage doté de pénétration participe d'un domaine heureux.