T 1670B Sūtra du Bhikṣu Nāgasena

2.13.

Le roi interrogea encore Na-sien, disant :

« Qu'est-ce qu'unifier sa pensée ? »

Na-sien dit :

« L'unification de la pensée est la première de toutes les vertus. Si l'on peut unifier sa pensée, toutes les vertus s'ensuivent. »

Na-sien dit :

« De même que l'escalier d'un bâtiment à étage doit s'appuyer sur quelque chose, ainsi tout ce qui est bien repose sur l'unification de la pensée. »

Na-sien dit :

« Supposons qu'un roi parte à la guerre avec les quatre sortes de troupes : les troupes à éléphant, les cavaliers, les troupes sur chars, les fantassins, le précèdent tous [et le suivent] en avant et en arrière. Les défenses et toutes les autres bonnes choses des sūtras du Buddha suivent l'unification de la pensée, comme les soldats [le roi]. »

Na-sien prononça un sūtra, disant :

« L'unification de la pensée est la racine de tout ce qui est bien. Les hommes qui étudient la Voie doivent tous commencer par prendre refuge dans l'unification de la pensée. Le corps de l'homme vit, meurt, passe comme une eau qui s'écoule ; du passé à l'avenir, [les existences] se succèdent sans arrêt. »

Le roi dit :

« Excellent ! Excellent ! »