T 1670B Sūtra du Bhikṣu Nāgasena

2.22.

Le roi demanda encore :

« Maintenant, Na-sien devra-t-il renaître pour une existence postérieure ? »

Na-sien répondit au roi :

« Sur cette question, je me suis déjà exprimé. Si j'ai de l'amour, je devrai renaître pour une existence postérieure ; si je n'ai pas d'amour, je ne renaîtrai pas. »

Na-sien dit :

« Par exemple, un homme sert un roi de toutes ses forces. Apprenant ses vertus, le roi lui fait donner de ses richesses et de ses biens ; cet homme reçoit ces biens et en fait le meilleur usage en vêtements, boisson et nourriture ; il prend son plaisir et se divertit. Cet homme tient le langage suivant : J'ai eu des mérites envers le roi et le roi ne m'a encore rien donné en récompense ! »

Na-sien demanda au roi :

« Dire comme cet homme, alors qu'il a reçu une récompense, qu'au contraire il n'en a point reçu, est-ce là une façon de parler admissible ? »

Le roi dit :

« La façon de parler de cet homme est inadmissible. »

Na-sien dit :

« Voilà pourquoi je dis au roi : Si j'ai de l'amour, je devrai renaître pour une existence postérieure ; si je n'ai pas d'amour, je ne renaîtrai pas pour une existence postérieure. »

Le roi dit :

« Excellent ! Excellent ! »