T 1670B Sūtra du Bhikṣu Nāgasena

2.30.

Le roi interrogea encore Na-sien :

« Quand chez l'homme se produit l'œil [la perception visuelle], l'œil [la perception visuelle d'une part] et la douleur ou le plaisir [la sensation, vedanā, d'autre part] naissent-ils ensemble ? »

Na-sien dit :

« [La perception de] l'œil et [la sensation de] douleur ou de plaisir naissent ensemble. Toutes deux tirent leur racine de la réunion. »

Le roi dit de nouveau :

« Qu'est-ce que la réunion ? »

Na-sien dit :

« La réunion est le contact mutuel de deux choses. La réunion : par exemple deux bœufs heurtant leurs cornes, voilà la réunion. L'un des bœufs est pareil à l'œil, l'autre à la forme ; leur réunion est ce qu'on appelle p'ei [sparça]. De même, une main étant l'œil et l'autre la forme, la réunion des deux mains est le p'ei ; ou encore deux pierres : l'une étant l'œil, l'autre la forme, la réunion des deux pierres est le p'ei. Il en est ainsi de l'oreille, de l'œil, du nez, du corps, de l'esprit : la réunion [de ces organes et de leurs objets] est le p'ei. C'est comme deux pierres : l'une est pareille à l'esprit [au sens interne ?], l'autre à la volonté [à l'objet du sens interne ?]. La réunion de ces deux pierres est le p'ei ; de même la réunion de l'esprit et de la volonté est appelée p'ei. »

Le roi dit :

« Excellent ! »