T 1670B Sūtra du Bhikṣu Nāgasena

2.35.

Le roi demanda encore à Na-sien :

« [Ces divers états mentaux], peut-on les assembler et les séparer, [disant] : Ceci est la réunion, ceci la sagesse, ceci la pensée, ceci l'esprit, ceci l'ébranlement ? »

Na-sien dit :

« Une fois associés, on ne peut plus les séparer. »

Na-sien dit :

« Le roi charge un cuisinier de faire un bouillon fin, composé d'eau, de viande, d'oignon, d'ail, de gingembre, de sauce de haricot salée et de riz glutineux. Puis le roi donne cet ordre au cuisinier : Extrais de ce bouillon que tu fis, telles qu'elles étaient auparavant, la saveur de l'eau, puis la saveur de l'oignon, puis celles du gingembre, de la sauce de haricot salée, du riz glutineux. Le bouillon étant composé, en pourra-t-il extraire les saveurs une à une pour les donner au roi ? »

Le roi dit :

« Une fois le bouillon combiné, on ne peut en dissocier une à une les saveurs. »

Na-sien dit :

« Il en est de même des choses [des éléments psychiques ci-dessus définis] : une fois qu'elles se sont rencontrées, on ne peut les dissocier, [disant] : Ceci est la douleur ou le plaisir, ceci la sagesse, ceci l'ébranlement, ceci la pensée. »

Le roi dit :

« Excellent ! Excellent ! »