T 1670B Sūtra du Bhikṣu Nāgasena

2.38.

Le roi demanda encore à Na-sien :

« Les hommes de ce monde sont tous intégralement pourvus d'une tête, d'une barbe, de cheveux, de peau, d'un visage, d'yeux, d'oreilles, d'un nez, d'une bouche, d'un corps, de quatre membres, de mains et de pieds. Pourquoi y en а-t-il parmi eux dont la vie est longue, dont la vie est courte ? de fréquemment, de rarement malades ? de pauvres, de riches, de nobles, d'humbles ? Pourquoi y a-t-il parmi eux de grands, de petits fonctionnaires ? des individus [d'une beauté] régulière, d'autres difformes ? auxquels on se fie, de qui l'on doute ? intelligents et pratiquant la piété filiale, ou bien stupides ? Pourquoi ne sont-ils pas identiques ? »

Na-sien dit :

« C'est comme les fruits des différents arbres. Certains dans leur nombre sont acides et non pas doux ; il en est d'amers, d'âcres, de doux ; il en est de véritablement acides. »

Na-sien interrogea le roi :

« Ce sont tous là [fruits d']arbres. Pourquoi ne sont-ils pas identiques ? »

Le roi dit :

« Ils ne sont pas identiques, parce que le germe de chaque arbre est différent. »

Na-sien dit :

« De même pour les hommes. Chacun de leurs actes est différent et ils ne sont pas identiques; c'est pour cette seule raison que les hommes de ce monde vivent peu ou longtemps, sont fréquemment ou rarement malades, riches ou pauvres, nobles ou humbles, grands ou petits fonctionnaires, d'un type régulier ou difformes, dignes de foi ou non, intelligents ou stupides. »

Na-sien dit :

« De là ce que dit le Buddha : Suivant le bien ou le mal que fait tout homme, il obtiendra [rétribution]. Il en est parmi eux d'élevés ou de misérables : tout cela est subordonné au bien ou au mal fait dans les existences antérieures ; chacun obtient rétribution selon son mérite. »

Le roi dit :

« Excellent ! Excellent ! »