T 1670B Sūtra du Bhikṣu Nāgasena

2.44.

Le roi demanda encore à Na-sien :

« Un homme n'ayant pas atteint la Voie du ni-yuan sait-il que la Voie du ni-yuan est délicieuse? »

Na-sien dit :

« Oui. Quoiqu'il n'ait pas encore atteint la Voie du ni-yuan, il sait pourtant qu'elle est délicieuse. »

Le roi dit :

« Comment un homme, sans l'avoir atteinte, sait-il que la Voie du ni-yuan est délicieuse ? »

Na-sien interrogea le roi :

« Un homme n'ayant, dès sa naissance, pas éprouvé de coupure à la main ou au pied, sait-il qu'une telle coupure est douloureuse ? »

Le roi dit :

« Sans s'être encore coupé main ni pied, on sait pourtant que c'est douloureux. »

Na-sien dit :

« Comment sait-on que c'est douloureux ? »

Le roi dit :

« On voit qu'un homme à qui l'on coupe main ou pied pousse des gémissements ; ainsi l'on sait que c'est douloureux. »

Na-sien dit :

« Il en est de même des hommes. Ceux qui obtiennent [le ni-yuan] d'abord en parlent aux autres et leur enseignent que la Voie du ni-yuan est délicieuse ; c'est pourquoi ils y croient. »

Le roi dit :

« Excellent ! Excellent ! »