T 1670B Sūtra du Bhikṣu Nāgasena

2.62.

Le roi interrogea encore Na-sien :

« Vous autres cha-men dites : Les hommes qui dans une existence ont fait le mal jusqu'à cent ans, s'ils pensent au Buddha au moment de mourir, obtiendront tous après leur mort de naître en haut au ciel. Je ne crois point à pareil langage. Vous dites encore : Qu'on tue un seul être vivant, et à la mort il faut entrer dans le ni-li [niraya]. Je ne crois point à pareil langage. »

Na-sien demanda au roi :

« Si, prenant un petit caillou, on le dépose à la surface de l'eau, flottera-t-il ou coulera-t-il ? »

Le roi dit :

« Le caillou coulera. »

Na-sien dit :

« Si, prenant cent grandes pierres, on les dépose sur un bateau, le bateau coulera-t-il ? »

Le roi dit :

« Il ne coulera pas. »

Na-sien dit :

« A cause du bateau, les cent grandes pierres déposées sur le bateau ne coulent pas. Quoiqu'un homme ait [un karma] foncièrement mauvais, qu'il pense une seule fois au Buddha, et à cause de cela il n'entrera pas dans le ni-li et obtiendra de naître en haut au ciel. Le petit caillou qui coule est pareil à un homme faisant le mal et ne connaissant pas les sūtras du Buddha : après sa mort il entrera dans le ni-li. »

Le roi dit :

« Excellent ! Excellent ! »