T 1670B Sūtra du Bhikṣu Nāgasena

2.63.

Le roi demanda encore à Na-sien :

« Vous autres bouddhistes, pour quelle raison procédez-vous à étudier la Voie et vous faites-vous cha-men ? »

Na-sien dit :

« La douleur passée, la douleur présente, la douleur future, nous voulons maintenant nous défaire de toutes ces douleurs ; nous ne voulons pas les subir à nouveau. Voilà pourquoi nous procédons à étudier la Voie et nous faisons cha-men. »

Le roi demanda encore à Na-sien :

« Mais si donc la douleur existe [encore] dans les existences futures, à quoi bon par avance étudier la Voie et se faire cha-men ? »

Na-sien demanda au roi :

« Le roi a-t-il un ennemi, dans un pays hostile, qui désire l'attaquer ? »

Le roi dit :

« Oui. J'ai un ennemi, dans un pays hostile, qui désire constamment m'attaquer. »

Na-sien demanda au roi :

« Est-ce lorsque la venue du chef des ennemis est proche que le roi fait ses préparatifs de guerre, organise la défense, creuse des fossés ? ou faut-il faire tout cela à l'avance ? »

Le roi dit :

« Il faut avoir des provisions à l'avance. »

Na-sien demanda au roi :

« Pourquoi faire des provisions à l'avance ? »

Le roi dit :

« Parce que, l'ennemi venu, on n'a plus le temps de se préparer. »

Na-sien demanda au roi :

« Pourquoi se préparer à l'avance, avant la venue de l'ennemi ?...»

Na-sien demanda encore au roi :

« Est-ce lorsqu'on a faim qu'on cultive et qu'on sème ? est-ce lorsqu'on a soif qu'on creuse un puits ? »

Le roi dit :

« Tout cela, il faut le faire à l'avance. »

Na-sien dit :

« Pourquoi prendre des mesures à l'avance, avant d'avoir faim ou soif ? ... »

Le roi dit :

« Excellent ! Excellent ! »