T 1670B Sūtra du Bhikṣu Nāgasena

2.65.

Le roi demanda encore à Na-sien :

« Si deux hommes meurent ici ensemble, et si l'un monte naître au septième ciel de Fan et que l'autre renaisse au Ki-pin [Cachemire], le Ki-pin étant distant d'ici de sept cent vingt li, lequel arrivera le premier ? »

Na-sien dit :

« Tous deux arriveront en même temps. »

Le roi dit :

« La différence de distance étant aussi considérable, comment peuvent-ils arriver ensemble ? »

Na-sien demanda au roi :

« [Que le roi] essaie de penser au pays d'A-li. »

Le roi dit :

« J'y ai pensé. »

Na-sien reprit :

« Que le roi essaie encore de penser au Ki-pin. »

Le roi dit :

« J'y ai pensé. »

Na-sien demanda au roi :

« En pensant à ces deux royaumes, auquel le roi a-t-il pensé le plus vite ? »

Le roi dit :

« A tous deux également vite. »

Na-sien dit :

« Si deux hommes meurent ensemble, et que l'un renaisse en haut au septième ciel de Fan et l'autre au Ki-pin, c'est aussi également vite. »

Na-sien dit :

« Supposons une couple d'oiseaux qui volent ; un oiseau se pose sur un arbre grand et haut, l'autre oiseau se pose sur un arbre petit et bas : les deux oiseaux se posent ensemble. Duquel l'ombre est-elle la première sur le sol ? »

Le roi dit :

« Leurs ombres arrivent ensemble sur le sol. »

Na-sien dit :

« Si deux hommes meurent ensemble, et que l'un renaisse en haut au septième ciel de Fan et l'autre au Ki-pin, eux aussi y arrivent ensemble. »

Le roi dit :

« Excellent ! Excellent ! »