T 1670B Sūtra du Bhikṣu Nāgasena

2.68.

Le roi demanda encore à Na-sien :

« Du sage ou de l'ignorant faisant le mal, lequel obtient le plus de malheur ? »

Na-sien dit :

« Le malheur obtenu par l'ignorant est plus grand, le malheur obtenu par le sage est plus petit. »

Le roi dit :

« Il n'en est point comme dit Na-sien. »

Le roi dit :

« Selon la loi de mon royaume, lorsqu'un ministre se rend coupable, son châtiment est grave ; lorsqu'un [homme du] menu peuple se rend coupable, son châtiment est léger. Voilà pourquoi je sais que le malheur obtenu par un pécheur sage est grand, et le malheur obtenu par un pécheur ignorant, petit. »

Na-sien interrogea le roi :

« Supposons du fer en combustion sur le sol. Un homme sait que c'est du fer en combustion ; un autre ne le sait pas. Tous deux s'avancent et prennent le fer en combustion. Lequel se brûle davantage la main ? »

Le roi dit :

« Celui qui ne le sait pas se brûle davantage la main. »

Na-sien dit :

« L'ignorant qui fait le mal ne peut se repentir ; c'est pourquoi son malheur est plus grand. Le sage qui fait le mal sait qu'il ne faut pas le faire ; chaque jour il se repent de ses péchés ; c'est pourquoi son malheur est plus petit. »

Le roi dit :

« Excellent ! Excellent ! »