T 1670B Sūtra du Bhikṣu Nāgasena

2.7.

Le roi dit :

« Si un homme pense à la Loi correcte et au bien en unifiant sa pensée, il ne renaît pas pour une existence postérieure ? »

Na-sien dit :

« Si un homme, unifiant sa pensée, pense à la Loi correcte, pense au bien, [pratique] la sagesse et les autres bonnes choses, il ne renaît pas pour une existence postérieure. »

Le roi dit :

« Penser à la Loi correcte et au bien en unifiant sa pensée, et [pratiquer] la sagesse, ces deux choses ont-elles le même sens ? »

Na-sien dit :

« Elles ont chacune un sens différent et non point pareil. »

Le roi demanda à Na-sien :

« Le bœuf, le cheval, les animaux domestiques ont-ils quelque sagesse ? »

Na-sien dit :

« Le bœuf, le cheval, les six animaux domestiques ont chacun leur sagesse propre ; leur pensée n'est point pareille [à celle des hommes]. »

Na-sien dit :

« Le roi a-t-il déjà vu des moissonneurs ? De la main gauche ils tiennent le blé, de la droite ils le coupent. »

Na-sien dit :

« L'homme sage tranche l'amour et le désir, ainsi que l'on moissonne. »

Le roi dit :

« Excellent ! Excellent ! »