Khuddaka Nikāya

Udāna

3.7. Kassapa

J'ai entendu qu'en une occasion le Béni du Ciel demeurait dans Rajagaha au Parc des Bambous, le Sanctuaire des Ecureuils. Or à cette époque le Vén. Mahâ Kassapa demeurait à la Caverne Pipphali, assis pendant sept jours dans une seule position, ayant atteint un certain niveau de concentration. Alors, sept jours étant passés, il émergea de cette concentration. En en émergeant, la pensée lui vint: «Et si j'allais à Rajagaha quêter?»

Or à cette époque 500 devatas étaient impatients d'avoir l'occasion de donner l'aumône au Vén. Mahâ Kassapa. Mais le Vén. Mahâ Kassapa, en repoussant ces 500 devatas, tôt le matin mit ses robes et, en portant son bol et sa robe de dessus, alla à Rajagaha quêter.

Or à cette époque Sakka, le roi des devas, voulut donner l'aumône au Vén. Mahâ Kassapa. Donc, se déguisant en tisserand, il travaillait au métier, alors que Sujata, une jeune fille-asura, lui remplissait la navette. Alors, comme le Vén. Mahâ Kassapa faisait une tournée ininterrompue de quête dans Rajagaha, il arrived à la maison de Sakka. Sakka le vit venir de loin et, en le voyant, sortit de la maison pour le rencontrer. Il prit le bol de sa main, il entra dans la maison, prit du riz cuit de la casserole, remplit le bol, et le rendit au Vén. Mahâ Kassapa. Et ce don de l'aumône comprenait beaucoup de sortes de curry, beaucoup de sortes de sauces.

Il vint à l'idée du Vén. Mahâ Kassapa cette pensée: «Qui est donc cet être doté d'une telle puissance et d'un tel pouvoir supranormaux?» Alors la pensée lui vint, «Ceci est Sakka, roi des devas, n'est-ce pas?» Se rendant compte de ceci, il dit à Sakka, «Ceci est-il de ton fait, Kosiya? Ne me refais plus jamais ça.»

«Nous aussi, avons besoin de mérites, Vén. Kassapa. A nous aussi, servent les mérites.»

Alors, s'inclinant devant le Vén. Mahâ Kassapa et en en faisant trois fois le tour, Sakka se leva en l'air et, alors qu'il était haut dans le ciel, s'exclama trois fois:

«O aumônes, les meilleures des aumônes, bien établies dans Kassapa!»
«O aumônes, les meilleures des aumônes, bien établies dans Kassapa!»
«O aumônes, les meilleures des aumônes, bien établies dans Kassapa!»

Le Béni du Ciel entendit ceci avec son ouïe divine, qui dépasse celle de l'humain. Se rendant compte de la signification de cela, il s'exclama à cette occasion:

Le moine qui va quêter,
se sustentant lui-même et personne d'autre:
Les devas adorent celui qui est ainsi,
calme et toujours attentif.