Khuddaka Nikāya

Udāna

5.5. L'observance

J'ai entendu qu'en une occasion le Béni du Ciel demeurait à Savatthi au Monastère de l'Est, le palais de la mère de Migara. Or à ce moment-là, le Béni du Ciel—comme c'était le jour d'observance—était assis entouré par la communauté des moines. Alors le Vén. Ananda—alors que la nuit était très avancée, à la fin de la première veille—se leva de son siège, arrangea sa robe sur une épaule, se tint debout face au Béni du Ciel avec les mains placées paume-à-paume sur son coeur, et lui dit: «La nuit, seigneur, est très avancée. La première veille est terminée. La communauté des moines est assise ici depuis longtemps. Que le Béni du Ciel leur récite le Patimokkha.» Lorsque ceci fut dit, le Béni du Ciel demeura silencieux.

Alors une deuxième fois, alors que la nuit était très avancée, à la fin de la seconde veille, le Vén. Ananda se leva de son siège, arrangea sa robe sur une épaule, se tint debout face au Béni du Ciel avec ses mains placées paume-à-paume sur son coeur, et lui dit: «La nuit, seigneur, est très avancée. La seconde veille est terminée. La communauté des moines est assise ici depuis longtemps. Que le Béni du Ciel leur récite le Patimokkha.» Lorsque ceci fut dit, le Béni du Ciel demeura silencieux.

Alors une troisième fois, alors que la nuit était très avancée, à la fin de la troisième veille, comme l'aurore approchait et que luisait la face de la nuit, le Vén. Ananda se leva de son siège, arrangea sa robe sur une épaule, se tint debout face au Béni du Ciel avec ses mains placées paume-à-paume sur son coeur, et lui dit: «La nuit, seigneur, est très avancée. La troisième veille est terminée. L'aurore approche et la face de la nuit luit. La communauté des moines est assise ici depuis longtemps. Que le Béni du Ciel récite le Patimokkha à la communauté des moines.»

«Ananda, l'assemblée n'est pas pure.»

Alors il vint à l'idée du Vén. Maha Moggallana: «Par rapport à quel individu le Béni du Ciel vient-il juste de dire, ‹Ananda, l'assemblée n'est pas pure›?» Il dirigea donc son esprit, englobant dans sa conscience l'entière communauté des moines. Il vit cet individu—sans principes, mauvais, impur et suspect dans ses engagements, caché dans ses actions, en rien un contemplatif quoique prétendant l'être, ne menant pas la vie sainte quoique prétendant la mener, intérieurement pourri, suintant le désir, immonde par nature—assis au sein de la communauté des moines. En le voyant, il se leva, alla trouver cet individu, et en arrivant à lui, lui dit, «Lève-toi, mon ami. Tu as été repéré par le Béni du Ciel. Tu n'as aucune communion avec la communauté des moines.» Alors l'individu demeura silencieux. Une deuxième fois… Une troisième fois, le Vén. Maha Moggallana lui dit, «Lève-toi, mon ami. Tu as été repéré par le Béni du Ciel. Tu n'as aucune communion avec la communauté des moines.» Et pour une troisième fois l'individu demeura silencieux.

Alors le Vén. Maha Moggallana, saisissant cet individu par le bras, l'ayant expulsé par la porte extérieure du porche et refermant le verrou, s'approcha du Béni du Ciel et à son arrivée lui dit, «J'ai expulsé cet individu, seigneur. L'assemblée est désormais pure. Que le Béni du Ciel récite le Patimokkha à la communauté des moines.»

«N'est-ce pas remarquable, Moggallana. N'est-ce pas étonnant, la façon dont cet individu a attendu jusqu'à ce qu'il se fasse saisir par le bras.» Alors le Béni du Ciel s'adressa aux moines: «Dorénavant Je n'accomplirai plus l'observance ni ne réciterai plus le Patimokkha. Vous seuls, les moines, accomplirez l'observance et réciterez le Patimokkha. Il est impossible, cela ne peut arriver, qu'un Tathagata accomplisse l'observance ou récite le Patimokkha avec une assemblée impure.

«Moines, il y a ces huit faits remarquables et étonnants à propos de l'océan qui, à chaque fois qu'ils les voient encore et encore, font que les Asuras aiment beaucoup l'océan. Quels huit?

«[1] L'océan a une plateforme graduelle, une pente graduelle, une inclinaison graduelle, avec une descente brutale seulement après un long moment. Ce fait que l'océan ait une plateforme graduelle, une pente graduelle, une inclinaison graduelle, avec une descente brutale seulement après un long moment, c'est là le premier fait remarquable et étonnant à propos de l'océan qui fait que, à chaque fois qu'ils le voient encore et encore, les Asuras aiment beaucoup l'océan.

«[2] Et qui plus est, l'océan est stable et ne dépasse pas son niveau de marée… C'est là le second fait remarquable et étonnant à propos de l'océan qui, à chaque fois qu'ils le voient encore et encore, fait que les Asuras aiment beaucoup l'océan.

«[3] Et qui plus est, l'océan ne tolère pas un cadavre. Tout cadavre dans l'océan se fait drosser sur le rivage et rejeter sur la terre ferme… C'est là le troisième fait remarquable et étonnant à propos de l'océan qui, à chaque fois qu'ils le voient encore et encore, fait que les Asuras aiment beaucoup l'océan.

«[4] Et qui plus est, quels que soient les grands fleuves qui existent—comme le Gange, le Yamuna, le Aciravati, le Sarabhu, le Mahi—lorsqu'ils atteignent l'océan, ils abandonnent leurs anciens noms et ne sont plus classés que simplement comme ‹océan›… C'est là le quatrième fait remarquable et étonnant à propos de l'océan qui, à chaque fois qu'ils le voient encore et encore, fait que les Asuras aiment beaucoup l'océan.

«[5] Et qui plus est, quoique les fleuves du monde se jettent dans l'océan, et que la pluie tombe du ciel, on ne peut discerner aucune augmentation ni diminution dans l'océan pour cette raison… C'est là le cinquième fait remarquable et étonnant à propos de l'océan qui, à chaque fois qu'ils le voient encore et encore, fait que les Asuras aiment beaucoup l'océan.

«[6] Et qui plus est, l'océan a un seul goût: celui du sel… C'est là le sixième fait remarquable et étonnant à propos de l'océan qui, à chaque fois qu'ils le voient encore et encore, fait que les Asuras aiment beaucoup l'océan.

«[7] Et qui plus est, l'océan a ces nombreux trésors de diverses sortes: perles, saphirs, lapis lazuli, nacres, quartz, corail, argent, or, rubis, et yeux-de-chat… C'est là le septième fait remarquable et étonnant à propos de l'océan qui, à chaque fois qu'ils le voient encore et encore, fait que les Asuras aiment beaucoup l'océan.

«[8] Et qui plus est, l'océan est la demeure d'êtres aussi imposants que baleines, mangeurs de baleines, et mangeurs de mangeurs de baleines; asuras, nagas, et gandhabbas. Il y a dans l'océan des êtres de cent lieues de long, deux cents… trois cents… quatre cents… cinq cents lieues de long. Ce fait que l'océan soit la demeure d'êtres aussi imposants que baleines, mangeurs de baleines, et mangeurs de mangeurs de baleines; asuras, nagas, et gandhabbas; et qu'il y ait dans l'océan des êtres de cent lieues de long, deux cents… trois cents… quatre cents… cinq cents lieues de long, c'est là le huitième fait remarquable et étonnant à propos de l'océan qui, à chaque fois qu'ils le voient encore et encore, fait que les Asuras aiment beaucoup l'océan.

«Voici les huit faits remarquables et étonnants à propos de l'océan qui, à chaque fois qu'ils les voient encore et encore, font que les Asuras aiment beaucoup l'océan.

«De la même manière, moines, il y a huit faits remarquables et étonnants à propos de cette Doctrine et Discipline qui, à chaque fois qu'ils les voient encore et encore, font que les moines aiment beaucoup la Doctrine et Discipline. Quels huit?

«[1] Tout comme l'océan a une plateforme graduelle, une pente graduelle, une inclinaison graduelle, avec une descente brutale seulement après un long moment, de la même manière, cette Doctrine et Discipline a a un entraînement graduel, une performance graduelle, une progression graduelle, avec une pénétration dans la gnose seulement après un long moment. Ce fait que cette Doctrine et Discipline ait un entraînement graduel, une performance graduelle, une progression graduelle, avec une pénétration dans la gnose seulement après un long moment, c'est là le premier fait remarquable et étonnant à propos de cette Doctrine et Discipline qui, à chaque fois qu'ils le voient encore et encore, fait que les moines aiment beaucoup la Doctrine et Discipline.

«[2] Et qui plus est, tout comme l'océan est stable et ne dépasse pas son niveau de marée, de la même manière mes disciples ne dépassent pas—même au prix de leurs vies—les règles d'entraînement que je leur ai formulées … C'est là le second fait remarquable et étonnant à propos de cette Doctrine et Discipline qui, à chaque fois qu'ils le voient encore et encore, fait que les moines aiment beaucoup la Doctrine et Discipline.

«[3] Et qui plus est, tout comme l'océan ne tolère pas un cadavre—tout cadavre dans l'océan se faisant drosser sur le rivage et rejeter sur la terre ferme—de la même manière, si un individu est sans principes, mauvais, impur et suspect dans ses engagements, dans ses actions—en rien un contemplatif quoique prétendant l'être, ne menant pas la vie sainte quoique prétendant la mener, intérieurement pourri, suintant le désir, immonde par nature—la communauté n'a aucune communion avec lui. Convoquant une réunion immédiate, ils le bannissent de la communauté. Quoiquil puisse être assis au sein de la communauté, il est loin de la communauté, et la communauté loin de lui… C'est là le troisième fait remarquable et étonnant à propos de cette Doctrine et Discipline qui, à chaque fois qu'ils le voient encore et encore, fait que les moines aiment beaucoup la Doctrine et Discipline.

«[4] Et qui plus est, de même que, quels que soient les grands fleuves qui existent—comme le Gange, le Yamuna, l'Aciravati, le Sarabhu, le Mahi—lorsqu'ils atteignent l'océan, ils abandonnent leurs anciens noms et ne sont plus classés que simplement comme ‹océan'; de la même manière, lorsque des membres des quatre castes—nobles guerriers, prêtres, marchands, et travailleurs—quittent la maison pour la vie sans domicile fixe dans la Doctrine et Discipline déclarée par le Tathagata, ils abandonnent leurs anciens noms et clans et ne sont plus classés que simplement comme ‹contemplatifs, fils du Sakyan›… C'est là le quatrième fait remarquable et étonnant à propos de cette Doctrine et Discipline qui, à chaque fois qu'ils le voient encore et encore, fait que les moines aiment beaucoup la Doctrine et Discipline.

«[5] Et qui plus est, tout comme les fleuves du monde se jettent dans l'océan, et la pluie tombe du ciel, mais qu'on ne peut discerner aucune augmentation ni diminution dans l'océan pour cette raison; de la même manière, quoique de nombreux moines soient totalement libérés dans la propriété du Détachement sans qu'il reste aucun combustible, on ne peut discerner aucune augmentation ni diminution dans la propriété du Détachement pour cette raison… C'est là le cinquième fait remarquable et étonnant à propos de cette Doctrine et Discipline qui, à chaque fois qu'ils le voient encore et encore, fait que les moines aiment beaucoup la Doctrine et Discipline.

«[6] Et qui plus est, tout comme l'océan a un seul goût—celui du sel—de la même manière, cette Doctrine et Discipline a un seul goût: celui de la libération… C'est là le sixième fait remarquable et étonnant à propos de cette Doctrine et Discipline qui, à chaque fois qu'ils le voient encore et encore, fait que les moines aiment beaucoup la Doctrine et Discipline.

«[7] Et qui plus est, tout comme l'océan a ces nombreux trésors de diverses sortes—perles, saphirs, lapis lazuli, nacres, quartz, corail, argent, or, rubis, et yeux-de-chat—de la même manière, cette Doctrine et Discipline a ces nombreux trésors de diverses sortes: les quatre cadres de référence, les quatre efforts corrects, les quatre bases de pouvoir, les cinq facultés, les cinq forces, les sept facteurs d'Eveil, le noble sentier… C'est là le septième fait remarquable et étonnant à propos de cette Doctrine et Discipline qui, à chaque fois qu'ils le voient encore et encore, fait que les moines aiment beaucoup la Doctrine et Discipline.

«[8] Et qui plus est, tout comme l'océan est la demeure d'êtres aussi imposants que baleines, mangeurs de baleines, et mangeurs de mangeurs de baleines; asuras, nagas, et gandhabbas, et qu'il y a dans l'océan des êtres de cent lieues de long, deux cents… trois cents… quatre cents… cinq cents lieues de long; de la même manière, cette Doctrine et Discipline est la demeure d'êtres aussi imposants que ceux qui sont entrés dans le courant et ceux qui pratiquent pour réaliser le fruit de l'entrée dans le courant; des revenants d'une seule fois et ceux qui pratiquent pour réaliser le fruit du retour unique; les non-revenants et ceux qui pratiquent pour réaliser le fruit du non-retour; les Arahants et ceux qui pratiquent pour Arahantship. Le fait que cette Doctrine et Discipline est la demeure d'êtres aussi imposants que entrés dans le courant et ceux qui pratiquent pour réaliser le fruit de l'entrée dans le courant; des revenants d'une seule fois et ceux qui pratiquent pour réaliser le fruit du retour unique; les non-revenants et ceux qui pratiquent pour réaliser le fruit du non-retour; les Arahants et ceux qui pratiquent pour l'état d'Arahant: C'est là le huitième fait remarquable et étonnant à propos de cette Doctrine et Discipline qui, à chaque fois qu'ils le voient encore et encore, fait que les moines aiment beaucoup la Doctrine et Discipline.

«Voici donc ces huit faits remarquables et étonnants à propos de cette Doctrine et Discipline qui, à chaque fois qu'ils les voient encore et encore, font que les moines aiment beaucoup la Doctrine et Discipline.»

Alors, en réalisant le sens de cela, le Béni du Ciel en cette occasion s'exclama:

La pluie trempe ce qui est recouvert,
Et ne détrempe pas ce qui est exposé.
Ouvrez donc ce qui était couvert,
De sorte que ça ne soit pas trempé par la pluie.